ET SI NOUS PROFITIONS DE NOS VACANCES ?

Mis à jour : 8 févr. 2019

Quand l'équipe se prépare à partir en vacances



Selon l’un des derniers sondages BVA (14 juin 2018), la majorité des français sont à la recherche de calme durant leurs « vacances idéales », nous aurions besoin de couper un peu.

Nous sommes donc 84%, toujours selon le même sondage, à envisager de partir à la campagne et 76% à espérer pouvoir enfin arriver à nous détendre.


Le calme, la douceur, la détente… les clefs du bonheur en vacances.


Mais alors, comment expliquer que certains d’entre nous, au moment de partir, emmènent leur ordinateur, continuent de consulter leurs messages et aient tout simplement de grandes difficultés à déconnecter et justement à se détendre ? Nous nous mettons à penser au travail et à organiser notre retour…



Parce que nous sommes des managers consciencieux


Marc est manager. Le soir, lorsqu’il rentre, il sait très bien pourquoi il est fatigué : Il est complètement débordé. Son équipe, totalement indisciplinée lui pompe toute son énergie. Elle est incapable de se débrouiller seule et ne cesse de le solliciter.

Ce matin, durant la réunion, Magalie, son assistante a tenté de rallonger les délais.

Non mais imaginez !? Les documents auraient déjà dû être remis à la compta depuis belle lurette. Elle pleure sans arrêt. Non pas qu’elle fasse du mauvais travail, non, c’est juste qu’elle se dit tout le temps débordée.

Quant à Jonathan, il semble ailleurs depuis un certain temps. De toute façon, il n’en fait toujours qu’à sa tête. Il a de la chance, jusque-là Marc a toujours pu compter sur lui ; il est efficace et peut bosser même lorsque la pression semble intenable pour le reste de l’équipe.

Non, décidément Marc en a assez, il va devoir sévir. Il en a marre de tout faire ; de devoir s’assurer que les choses soient toujours bien faites. La direction lui met une pression monstre et si son équipe ne suit pas ce n’est tout de même pas de sa faute. La vérité, c’est que Marc est malheureux. Il est malheureux au bureau parce qu’il travaille avec des gens qui ne se rendent pas compte de tout ce qu’il fait. Les membres de son équipe ne le respectent pas. Marc aimerait être comme certains de ses collègues, eux aussi chef d’équipe. Il est un manager bienveillant mais ses équipes ne lui laissent pas la chance d’exprimer sa bienveillance.

Demain, Marc part en vacances et il sait qu’il ne partira pas l’esprit tranquille. Il devra gérer son équipe, lire ses messages et s’assurer que tout tourne, même à distance. Il aimerait bien déconnecter un peu mais les membres de son équipe sont de vrais enfants.

Marc part en vacances demain et déjà il pense à la rentrée ; et déjà, il entend sa femme l’implorer de se déconnecter, d’éteindre le téléphone du bureau, de profiter un peu de sa famille. Marc est en vacances demain et il ne sait pas comment il va gérer.




Parce que nous sommes des employés exigents


Jonathan est fier de lui. Depuis quelques temps, il fait de la relaxation. Il prend du temps pour lui et il voit la différence : moins de prise de tête à la maison et au boulot. Maintenant il ose dire STOP lorsqu’il se sent surchargé et que ses épaules sont trop lourdes pour tout accepter. Jonathan a commencé à pratiquer le jour où il s’est rendu compte qu’il en faisait trop.


Il était devenu trop exigent au travail. Jusque-là, cette exigence semblait être une grande qualité : Marc, son supérieur hiérarchique le sollicitait beaucoup et c’était pour Jonathan une marque de confiance.

Il ne reculait devant rien. Il était du genre perfectionniste. Jonathan est franchement productif, un brin créatif en plus. Du genre dynamique, il a de l’énergie à revendre ; Le truc c’est qu’il aimait beaucoup trop son travail.



C’est d’ailleurs ce que sa femme lui reprochait : « si tu aimais tant ton travail c’est avec lui que tu aurais dû te marier ». Avant ses séances, il ne prenait jamais de pause au bureau et il n’avait qu’une chose finalement à reprocher à ses collègues : de ne pas être comme lui. Il avait l’impression d’être indispensable et les imaginait perdus sans lui.

Dès la semaine prochaine Jonathan sait qu’enfin, il va profiter de ses vacances. En parlant de vacances, il croise le regard de Marc. Il espère sincèrement que celui-ci va profiter pleinement de cette pause. Malgré l’autonomie de l’équipe et la chance qu’il a de pouvoir s’appuyer sur des membres formés qui se connaissent bien Marc semble manquer d’assurance et de confiance au point de ne plus rien déléguer. Il ne communique même plus avec son équipe et quelque chose semble le ronger de l’intérieur.


« Non mais quel salaud ! ce mec ne pense qu’à sa petite personne » : Magalie est aux toilettes et elle se fait sa propre conversation devant le miroir. Elle a les larmes aux yeux. Elle bosse 8 heures par jour et son salaire est loin d’être motivant.

Marc lui met une pression de malade et s’arrange toujours pour lui donner les éléments dont elle a besoin au dernier moment. Aujourd’hui, à la réunion, il lui a parlé comme à un enfant, et ce, devant toute l’équipe. Tout ceci est particulièrement injuste. Magalie se donne à fond pour son travail. Elle organise le service d’une main de maître et sans elle, le suivi administratif ne pourrait pas être fait. De temps en temps, ses collègues lui apportent son café ou lui glissent un petit « merci ».

Magalie sait bien qu’elle fait du bon boulot, mais elle aimerait que son boss le lui dise de temps en temps plutôt que de lui hurler dessus à longueur de journée. Elle ne se plaint jamais et à toujours tout accepté. Et dire que ses vacances sont encore loin. Magalie est en train de craquer, elle appréhende son départ mais aussi son retour de vacances.





Parce que nous avons besoin de changement

Si vous vous reconnaissez, vous ou vos collègues, n’est-ce pas le moment de changer la donne ? Un vent nouveau, pourrait tout simplement souffler sur vos erreurs, votre équipe a cruellement besoin de vous.

Si vous êtes manager, n’oubliez pas que ce rôle est difficile et loin d’être toujours inné.

Ne lésinez pas sur votre formation, théorique et pratique, mais aussi celle de vos collaborateurs.

Les objectifs de vos équipes doivent être clairement définis mais flexibles. Méfiez-vous de ce qui pourrait passer comme du favoritisme (différence de salaire ou encore de statut dans votre équipe, à poste égal, par exemple). Faire des réunions d’équipe n’est pas synonyme de communication alors protégez-vous de la réunionite, cette pathologie semble s’être rapidement propagée et l’épidémie est parfois rude avant la période de rentrée. Toute l’équipe doit se sentir impliquée à la moindre évolution, au moindre changement. Chaque membre de l’équipe possède des qualités, des compétences, une personnalité unique ; s’il est impératif de les reconnaitre et de les laisser s’exprimer, n’oubliez jamais de sortir de votre zone de confort et d’expérimenter.

Rappelons-nous que le burn-out professionnel est malheureusement particulièrement tendance en ce moment : veillez les uns sur les autres, observez-vous, l’un de vous pourrait être surchargé, démotivé, fatigué. Soyez vigilants et ne vous exposez pas trop. Point très important : Dites « M-E-R-C-I ».

Allez, bonnes vacances ! Profitez-en bien, vos collègues se chargent de tout


© 2018, Et si nous profitions de nos vacances, By Cécile ROSE

3 vues

© 2017 by CECILE ROSE

Organisme de formation n° 11922222392

SIRET 82994169900011 - APE 8690F (activité de santé humaine)

Contact : cecilerose.accompagnement@gmail.com

Tél : 06 06 53 40 94

Adresse du cabinet : 813 avenue du Général Leclerc, 92100 BOULOGNE-BILLANCOURT

 

Rendez-vous à domicile :

Paris, Sèvres, Boulogne Billancourt, Versailles, Chaville, Viroflay, Ville d'Avray, Velizy, Puteaux, La Défense, ...

 

 

 

 

En application du Règlement Général sur la Protection des Données entré en vigueur le 25 mai 2018, les informations suivantes sont portées à votre connaissance :

 

- Les informations collectées par le biais de ce site internet sont exclusivement destinées à Cécile ROSE. Conformément aux dispositions contenues dans le RGPD entrée en application à compter du 25 mai 2018, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, de modification et de suppression concernant les données qui vous concernent. Le demandeur doit être en mesure d’apporter la preuve de son identité. Vous pouvez exercer ce droit en envoyant un courriel à l’adresse suivante : cecilerose.accompagnement@gmail.com  en indiquant si possible le contexte dans lequel cette collecte de données personnelles a été effectuée afin que nous puissions retrouver plus facilement les informations vous concernant.

- Votre consentement conditionne le traitement de vos données.Toutes les informations que vous recevez de la part de Cécile ROSE ne concernent que l’actualité de cette même entreprise. Si vous souhaitez vous désinscrire de la liste de diffusion ou des mails, cliquez sur le lien prévu à cet effet en bas de votre mail. 

- La durée de conservation des données est limitée à la durée du traitement.

- Finalité du traitement : Inscriptions aux séances, ateliers et formations; communication sur les services proposés, échanges courants